Caractérisation de la régulation de TFEB par AMPK pour un nouveau traitement potentiel de maladies neurodégénératives

 

Mathieu Paquette

Université McGill

 

Domaine : viellissement

Programme : Formation de doctorat

Concours 2017-2018

Partenaire:

Parkinson Québec

Les maladies neurodégénératives comme l'Alzheimer et le Parkinson affligent plus de 500 000 Canadiens et 35.6 millions de personnes dans le monde. Ces chiffres risquent d'augmenter à 65.7 millions et 115.4 millions d'individus touchés dans le monde en 2030 et 2050, respectivement. Ces maladies touchent plus de gens que les cancers du sein et de la prostate combinés. Les besoins pour de nouveaux traitements sont criants, puisque les thérapies actuelles n'arrivent qu'à traiter les symptômes cognitifs et comportementaux. Ces maladies sont caractérisées par une accumulation de protéines toxiques naturellement produites, en même temps que notre système cellulaire de recyclage devient moins efficace avec l'âge.

Récemment, un nouveau facteur de régulation global du recyclage cellulaire, nommé TFEB, a été identifié. Par contre, personne ne connait exactement comment il est régulé. Nos résultats préliminaires ont identifié un nouveau joueur, nommé AMPK, qui contrôle l'activé de TFEB, et ainsi active le recyclage. Nous proposons d'étudier les interactions moléculaires entre les deux et d'explorer leur potentiel thérapeutique. Comprendre leur régulation moléculaire nous donnera aussi une meilleure compréhension de ces maladies. Ensuite, nous allons utiliser un modèle de vers des maladies d'Alzheimer et de Parkinson. En utilisant des médicaments déjà approuvés ciblant AMPK, nous allons tenter de réduire la paralysie chez les vers.

Suite à des résultats positifs, nous répéterons les expériences dans plusieurs modèles de souris. Nous nous attendons à voir une diminution de l'accumulation des protéines toxiques et une meilleure survie. Nous aurons une meilleure compréhension de la progression de ces maladies et des mécanismes moléculaires contrôlant le métabolisme et l'homéostasie de nos cellules normales. Ce projet a le potentiel de significativement améliorer la survie de plusieurs maladies neurodégénératives.