Caractérisation de la base moléculaire de la tolérance aux maladies comme stratégie de défense de l'hôte contre les infections virales: communication inter-organelle orchestrée par les mitochondries pour limiter la gravité de la maladie virale

 

Ian Gaël Rodrigue-Gervais

Institut national de la recherche scientifique [INRS]

 

Domaine : maladies infectieuses et immunitaires

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2018-2019

Le suicide d'une cellule infectée est la défense la plus efficace contre les virus, ceux-ci étant des parasites intracellulaires obligatoires. À cet égard, l'inflammasome est une machine de défense de l'hôte multi-protéique qui tue les cellules infectées par une voie de mort inflammatoire enclenchée par la caspase-1. Nous étudions comment les inflammasomes en viennent à savoir quand déclencher le signal indiquant à une cellule qu'il est temps de mourir. Phénomène surprenant, les inflammasomes extracellulaires continuent d'activer la mort par un processus autonome lorsque celui-ci est ingéré par les cellules voisines. Pour cette raison,  être tué par un tir ami devient souvent un risque inévitable de ce processus de défense, et il existe des contrôles et des contrepoids stricts entre notre capacité à éliminer un virus et la détérioration des fonctions des tissus de notre corps, et ce afin de contrer cette perte importante de cellules. Toutefois, peu de gènes et de voies de signalisation impliqués dans ce contrôle de l'inflammasome sont connus.

En ayant recours à des méthodes qui permettent de mesurer globalement le comportement cellulaire, nous entendons découvrir comment différents modules de signalisation métaboliques au sein de nos mitochondries sont impliqués dans l'autophagie (l'autophagie étant un processus de dégradation de complexe protéique de grande ampleur) pour protéger la cellule voisine contre la mort provoquée par l'inflammasome. Notre objectif est donc d'intégrer les règles qui régissent ces procédés dans des modèles dynamiques pour mieux comprendre, et éventuellement en venir à manipuler ces contrôles que possèdent nos cellules pour contrer la nécrose de nos tissus et lutter efficacement contre les maladies virales comme la grippe, ces maladies finissant par nuire à nos organes même lorsque le virus est combattu par notre système immunitaire.