Améliorer les fonctions cognitives par la neuro-modulation basée sur l'information

 

Philippe Albouy

CIUSSS de la Capitale-Nationale

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme Chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2019-2020

Le déclin cognitif représente un problème de santé important car il entraîne une perte progressive d'indépendance et une dégradation de la qualité de vie. Pour ces raisons, plusieurs études ont utilisé la Stimulation Cérébrale Non Invasive (SCNI) comme outil pour améliorer les fonctions cognitives. Cependant, les résultats ont été variables et les mécanismes par lesquels ces méthodes fonctionnent, ou non, restent largement inconnus. Nous pensons qu'une telle incertitude est due au fait que les protocoles de stimulation utilisés ne reposent pas sur une bonne compréhension des mécanismes cérébraux ciblés. Notre hypothèse est que les protocoles de SCNI peuvent être optimisés en utilisant des paramètres de stimulation qui épousent l'activité cérébrale. Nous proposons que les oscillations cérébrales, qui correspondent à des fluctuations rythmiques de l'activité neuronale, peuvent être choisies comme signaux cibles pour guider les interventions SCNI. L'objectif principal de ce programme est donc de proposer des solutions de SCNI -basées sur l'activité oscillatoire du cerveau- pour améliorer les fonctions cognitives et de ralentir ou prévenir le déclin cognitif pour des populations à risque.

Pour ce faire, en combinant la neuro-imagerie et la SCNI, ce programme propose de A) définir les signatures oscillatoires des fonctions cognitives, B) de développer des protocoles de neuromodulation correspondant à ces rythmes cérébraux et C) d' appliquer ce type de protocole dans la santé et la pathologie.
Ce programme s'intéresse à la mémoire de travail, une capacité cognitive essentielle à la communication et à la réalisation de simples tâches cognitives. Notre hypothèse est que la mémoire et l'apprentissage peuvent être accélérés en combinant l'entrainement comportemental longitudinal et des interventions de SCNI optimisées. L'observation de tels résultats représenterait une avancée importante dans le domaine de la santé mentale, compte tenu de l'impact personnel et économique des dysfonctionnements de la mémoire liés au vieillissement et à la maladie.