Amélioration de la prise en charge de la hyperglycémie chez les patients diabétiques pendant l'hospitalisation et évaluation de la sécurité des médicaments antidiabétiques

 

Oriana Hoi Yun Yu

CIUSSS du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal

 

Domaine : santé des populations

Programme Chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 1

Concours 2018-2019

Mon programme de recherche porte sur les façons d'améliorer le traitement du diabète. Un des deux volets du programme consiste à déterminer la cible de glucose associée à une diminution des complications pendant l'hospitalisation. Les lignes directrices sur le diabète recommandent d'avoir un glucose entre 5 et 8mmol/L avant le repas, et aucun glucose de plus de 10mmol/L pendant l'hospitalisation. Cependant, il est difficile d'atteindre ces objectifs, et rien n'indique que cette gamme améliore les résultats des patients pendant l'hospitalisation.  Cette étude sera menée dans trois hôpitaux où nous déterminerons si les taux inférieurs de glucose (4 à 7mmol/L) par rapport aux taux plus élevés (7,1 à 10mmol/L) pendant l'hospitalisation dans un milieu non critiques sont associés à une diminution du risque de complications. Cette étude comprendra la collecte de données des patients hospitalisés atteints de diabète, qui fournira des données pour les études futures liées à la gestion du diabète dans un milieu de soins hospitaliers.

Le deuxième volet de mon programme de recherche consiste en des études évaluant l'innocuité des médicaments antidiabétiques. Récemment, des inhibiteurs de cotransporteur de sodium-glucose (SGLT) 2 ont été mis à disposition pour gérer le diabète de type 2. Les inhibiteurs de SGLT2 provoquent l'excrétion du glucose dans l'urine, ce qui diminue le taux de glucose.  Cependant, une étude a montré un risque accru d'amputations inexplicables chez les patients traités avec des inhibiteurs de SGLT2. Étant donné qu'environ 40% des amputations sont causées par la maladie vasculaire périphérique (MVP) chez les patients atteints de diabète de type 2, je prévois mener une étude pour déterminer si les patients traités avec des inhibiteurs de SGLT2 sont associés à un risque accru de MVP. Nous effectuerons également des études d'innocuité des médicaments associées à l'utilisation d'inhibiteurs de SGLT2.