Simon Morand-Beaulieu en vedette dans CURIUM



Consultez le publireportage de la revue CURIUM (édition octobre 2018),
magazine « science et société » québécois destiné aux adolescents.

Simon Morand-Beaulieu... Facheuse impulsivité

Étudiant au doctorat en neurosciences à l'Université de Montréal

Sa grande idée?

Mieux comprendre l'impulsivité des personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette. « On a fouillé 61 publications scientifiques existantes. On appelle ça faire une méta-analyse. En tout, on a comparé des données portant sur 1 717 personnes atteintes du syndrome et 1 399 sans syndrome. »

Syndrome de Gilles de la Tourette 101

C'est un trouble neuropsychiatrique chronique, c'est-à-dire qu'il revient sans cesse. Il touche une personne sur 100, cinq fois plus de garçons que de filles. Les gens atteints ont des tics moteurs et vocaux : ils clignent des yeux, font des grimaces, sautent, émettent des sons comme des jappements, des raclements de gorge, ou même dans de rares cas… des mots vulgaires. Il ont aussi de faibles capacités d'inhibition : ils sont impulsifs et font parfois des crises de colère. C'est le symptôme qui est le plus difficile à gérer pour l'entourage.

Comment mesurer le degré d'inhibition ?

« Il y a des exercices neuropsychologiques qui permettent de voir à quel point une personne peut s'inhiber ou non. C'est précisément ça qu'on a regardé dans les 61 études. Par exemple, on présente aux participants des mots qui désignent des couleurs, mais qui sont écrits dans une autre couleur : le mot « ROUGE » écrit en bleu. La réponse automatique serait de dire « rouge », mais la consigne c'est de dire la couleur. Plus on y arrive, plus notre degré d'inhibition est grand. »

Le verdict

Les personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette ont plus de risque d'avoir des problèmes d'inhibition si elles sont aussi atteintes d'un trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (le fameux TDAH). En fait, le TDAH est un facteur aggravant. On recommande donc de vérifier systématiquement si les personnes atteintes du syndrome de Gilles de la Tourette ont aussi un TDAH, pour les diriger vers un traitement approprié.

♦♦♦

 

Consultez le résumé de sa publication primée.