Étudiante-chercheuse étoile Juin 2013



Talia Malagon

Étudiante au doctorat en épidémiologie
Université Laval


Publication primée :Cross-protective efficacy of two human papillomavirus vaccines: a systematic review and meta-analysis

Publiée dans : The Lancet Infectious Diseases. 12(10), 781-789. Paru en octobre 2012
 

Résumé

« Les deux vaccins contre le virus du papillome humain (VPH), Cervarix et Gardasil, protègent contre les formes de VPH qui causent plus des deux tiers des cancers du col de l'utérus. Des essais cliniques indiquent que l'efficacité vaccinale contre les lésions précancéreuses associées à ces formes de VPH est presque parfaite. Ils suggèrent même que ces vaccins seraient en mesure d'accorder une protection croisée contre d'autres types de VPH qui causent 20 % des cancers, mais qui ne sont pas inclus dans les vaccins. J'ai effectué la première recherche systématique des données d'essais cliniques sur la protection croisée des vaccins du VPH. J'ai comparé ceux-ci de manière rigoureuse dans des populations naïves à l'infection. Cette méta-analyse suggère que la protection croisée diffère selon le vaccin : celle de Cervarix est plus importante, bien qu'elle diminue dans des essais cliniques plus longs. »

L'étude de Talia Malagon a été déterminante dans les recommandations des décideurs en santé publique du Québec et du Canada quant au vaccin à utiliser dans les programmes de vaccination. Les différences de protection croisée démontrées pourraient réduire l'incidence du cancer du col de l'utérus, celles-ci constituant donc un facteur important à considérer lors du choix du vaccin. Ces résultats, repris par des chercheurs canadiens, états-uniens et européens, ont aussi permis d'évaluer l'impact futur de la vaccination sur l'incidence des cancers associés au VPH ainsi que la rentabilité des stratégies de vaccination.