Étudiante-chercheuse étoile Août 2012



Xiaoyang Liu

Étudiante au doctorat en génétique humaine
Université McGill, CUSM - Hôpital de Montréal pour enfants


Publication primée Driver mutations in histone H3.3 and chromatin remodelling genes in paediatric glioblastoma

Publiée dans : Nature, vol. 482, 29 janvier 2012, p. 226-231.
 

Résumé

«Nous avons séquencé les exomes de 48 biopsies de glioblastome multiforme (GBM) prélevées sur des enfants. Des mutations somatiques de la voie de remodelage de la chromatine H3.3-ATRX-DAXX ont été détectées dans 44 % des tumeurs, mutations qui étaient toutes associées à un mécanisme alternatif d'élongation des télomères. Trois mutations récurrentes du gène H3F3A, qui code pour le variant d'histone H3.3, ont été observées dans 31 % des tumeurs. Des mutations des gènes ATRX et DAXX, qui sont nécessaires pour l'incorporation de l'histone H3.3 dans l'hétérochromatine péricentrique et les télomères, ont été observées dans 31 % des prélèvements. Les mutations du gène H3F3A sont caractéristiques du GBM et très prévalentes chez les enfants et les jeunes adultes.»

Il s'agit d'une importante percée en génétique qui pourrait révolutionner le traitement du cancer chez les enfants. Ces résultats permettent d'expliquer en partie la raison de l'inefficacité des traitements conventionnels en oncologie pédiatrique. Xiaoyang Liu a montré que le GBM est causé par des mécanismes moléculaires distincts chez les enfants et les adultes, ce qui signifie qu'il devrait être traité différemment chez ces deux populations. L'équipe est la première à avoir identifié chez l'humain une mutation qui touche l'un des plus importants gènes de régulation et de protection de l'information génétique. Il s'agit d'une découverte majeure pour le développement de la médecine personnalisée, car elle vient confirmer que ces patients devraient recevoir un traitement adapté à leur patrimoine génétique. Chez les patients qui présentent les mutations identifiées, il faudrait envisager de cibler cette voie de remodelage pour améliorer l'efficacité des traitements. Actuellement, le diagnostic de glioblastome chez les enfants et les adolescents équivaut à une condamnation à mort : chaque année, ce cancer tue environ 200 enfants au Canada. L'identification d'une mutation qui entraîne son apparition ouvre la voie à des traitements plus efficaces qui permettront de sauver des vies.