Démystifier les leucodystrophies, gène par gène



La recherche médicale récente suscite un espoir pour les enfants atteints de leucodystrophies, un groupe de maladies neurodégénératives rares d'origine génétique qui affectent la substance blanche du cerveau, la myéline. Ces terribles affections demeurent incurables, faute de connaissances scientifiques concluantes. Peut-être plus pour longtemps… En une dizaine d'années, l'équipe de recherche dirigée par la Dre Geneviève Bernard, de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill, a identifié trois gènes impliqués dans la leucodystrophie 4H, une forme fréquente de leucodystrophies caractérisées par une myéline insuffisante. Selon la chercheuse, ces découvertes favoriseront le développement d'outils diagnostiques pour mieux prévoir l'évolution et la sévérité de la maladie, de thérapies pour aider les enfants malades et de tests de dépistage pour identifier les parents porteurs.

Ces découvertes favoriseront le développement d'outils pour mieux prévoir l'évolution et la sévérité de la maladie.

Les scientifiques ont également mis en lumière le mécanisme moléculaire par lequel les gènes défectueux exercent leurs méfaits : une mutation sur chacune de leurs deux copies (père et mère) empêcherait les cellules de fabriquer des quantités suffisantes d'ARN polymérase III. Sans cet enzyme clé, la programmation génétique des cellules nerveuses fait défaut. En particulier, la myéline, cette gaine de caoutchouc isolante qui protège les neurones, a de la difficulté à se former. Privés de protection, les neurones subissent des dommages. Résultat : l'individu perd progressivement sa mobilité, sa capacité à manger et à parler, ses facultés intellectuelles, pour éventuellement décéder à un jeune âge.

Les gènes identifiés par l'équipe de la Dre Bernard – dont le troisième a été découvert en 2015 – expliquent 95 % des cas de leucodystrophie 4H. La chercheuse pense trouver d'autres gènes coupables, moins fréquents, mais tout aussi importants dans la démystification de la maladie.