Décès de Jacques Genest



9 janvier 2018

(Sur la photo : Jacques Genest et Rémi Quirion, lors du 50e anniversaire du FRQS, en 2014.)

C'est avec grande tristesse que le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) a appris le décès du docteur Jacques Genest, fondateur et premier président du Conseil de recherches médicales de 1964 à 1969, qui deviendra par la suite le FRQS.

Véritable pionnier de la recherche en santé au Québec, le docteur Genest est considéré comme l'un des Québécois ayant le plus contribué à l'avancement de la recherche biomédicale. Premier chercheur clinicien québécois salarié à temps plein, il a fondé le Département de recherches de l'Hôtel-Dieu, qu'il a dirigé de 1952 à 1967, et l'Institut de recherches cliniques de Montréal, dont il a assumé la direction de 1967 à 1984.

Auteur de plus de 700 articles et de trois ouvrages, le docteur Genest a réalisé plusieurs découvertes décisives dans le domaine de l'hypertension artérielle, mettant notamment en lumière les perturbations du sodium et de l'aldostérone, le rôle de l'angiotensine II dans le contrôle de la sécrétion d'aldostérone, la mesure de l'activité de rénine dans le plasma et son importance dans le diagnostic de l'hypertension rénovasculaire ainsi que la nature et le rôle du facteur natriurétique des oreillettes. La plurithérapie qu'il a préconisée pour le traitement de l'hypertension permet maintenant de contrôler la pression artérielle chez la grande majorité des patients.

Il a reçu plus de 50 prix et distinctions, dont le prix Gairdner, le prix Marie-Victorin, le prix Stouffer, le prix Killam et le prix Armand-Frappier. Détenteur de douze doctorats honorifiques et fellow de la Société royale du Canada, le docteur Genest a été intronisé au Canadian Medical Hall of Fame et a été nommé Grand Officier de l'Ordre national du Québec et Compagnon de l'Ordre du Canada.

« Le FRQS doit son existence au docteur Jacques Genest. J'aimerais lui rendre un hommage tout particulier. Pionnier et visionnaire, il a vu dès le début des années 60 l'importance pour le Québec de se doter d'un outil afin de soutenir la formation en recherche et l'établissement des jeunes chercheurs ainsi que l'importance de développer la recherche en favorisant son épanouissement à l'hôpital même, au chevet des patients », souligne Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec et président du conseil d'administration du FRQS.

« Par la création du premier fonds subventionnaire, le Québec répondait au principal problème de l'époque : faire en sorte que les jeunes chercheurs puissent rapidement amorcer leur carrière et être compétitifs dans les concours canadiens et internationaux. Aujourd'hui, ils obtiennent globalement près de 30 % des subventions de recherche au Canada, voire 40 % dans certains domaines comme celui des neurosciences et du vieillissement, alors que leur poids démographique dans l'ensemble canadien n'est que de 23 %. Bien qu'il reste du chemin à faire, le Québec a fait d'immenses progrès depuis une cinquantaine d'années et c'est en bonne partie grâce aux qualités de visionnaire et de bâtisseur du docteur Genest », renchérit Serge Marchand, directeur scientifique du FRQS.

Au nom de la communauté québécoise de la recherche en santé, nous offrons à la famille et aux proches du docteur Genest nos plus sincères condoléances.