Des retombées de la recherche en santé au Québec



24 novembre 2014

Dans le domaine des sciences de la vie et de la recherche en santé, le Québec est très bien positionné et a une longue histoire en recherche.

Les recherches de Mark Wainberg (Université McGill) sur le 3TC contre le VIH-sida. Il a travaillé avec son équipe sur le développement du 3TC, qui est aujourd'hui le médicament anti-sida le plus prescrit sur la planète. La tri-thérapie joue un rôle déterminant dans la survie de dizaines de millions de personnes atteintes du VIH à travers le monde.

Il y a des équipes de chercheurs au Québec dans tous les domaines qui sont de gabarit international.


Les retombées internationales des recherches de Jean-Pierre Després (Université Laval) sur le syndrome métabolique (obésité, diabète, maladie cardiovasculaire).

Jean-Pierre Després est directeur de la recherche en cardiologie à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. En 2011, Jean-Pierre Després est le chercheur qui a publié le plus d'articles scientifiques dans le domaine du syndrome métabolique devant plus de 110 000 chercheurs.

Reconnus et cités par l'Organisation mondiale de la santé, ses travaux ont démontré que l'obésité abdominale constitue un facteur de risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Grâce à Jean-Pierre Després, la mesure du tour de taille est maintenant une pratique médicale de routine reconnue à travers le monde.

Les chercheurs québécois en sciences de la vie sont très performants au Canada. Dans le domaine de la recherche sur le vieillissement et en neurosciences, les chercheurs québécois obtiennent entre 35 et 38 % des subventions canadiennes alors qu'ils représentent seulement 23-24 % de la population canadienne de chercheurs.


Les recherches de Sonia Lupien, directrice du Centre de recherche de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal, et fondatrice/directrice scientifique du Centre d'étude sur le stress humain. Ses recherches nous aident à mieux comprendre les effets du stress sur nos vies. Et plus particulièrement, sur notre mémoire.

Nommée parmi les « 10 Canadiens qui font une différence » par la revue MacLean's en 2003, la Dre Lupien a fait une vraie différence en développant des programmes pour diminuer le stress chez les personnes de tous âges, mais aussi en dirigeant le développement d'applications mobiles pour faciliter la réduction et la gestion du stress.

L'interdisciplinarité et l'intersectorialité vont maintenant faire partie de la façon dont on forme les chercheurs et de la façon dont on fait de la recherche, ce qui va nous permettre de nous attaquer à des problématiques beaucoup plus complexes.


Les recherches de David Fortin, neurochirurgien et neuro-oncologue (Université de Sherbrooke), sur de nouvelles approches contre le cancer du cerveau.

Le Dr Fortin et ses collègues mathématiciens et physiciens ont mis au point une nouvelle approche en imagerie de pointe qui permet de retirer une plus grande partie des tumeurs, tout en préservant la fonction des patients. C'est grâce à des idées novatrices, comme celles de David Fortin, que l'on réussit aujourd'hui à doubler l'espérance de vie des personnes atteintes.


  • Renaldo Battista, directeur scientifique du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS)
  • Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec
  • Yanick Villedieu, journaliste scientifique et animateur, Les années lumière, Ici Radio-Canada Première

www.frqs50ans.com