Les infections nosocomiales - une approche globale et intégrative pour mieux comprendre et prévenir la diarrhée associée au C. difficile et améliorer l'hygiène des mains

 

Yves Longtin

Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université Laval

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

La diarrhée associée au Clostridium difficile (DACD) est une infection du tube digestif qui peut entrainer la mort. Plusieurs aspects du diagnostic, du traitement et de la prévention sont incompris. La DACD est diagnostiquée en détectant le C. difficile dans les selles des patients symptomatiques en utilisant différentes techniques. Cependant, ces tests ne sont pas tous aussi fiables. De plus, ils ne peuvent pas prédire si un patient guérira sans embûches ou s'il décédera. Les médecins aimeraient pouvoir prédire l'issue car ceci permettrait d'administrer un traitement plus agressif aux patients qui risquent le plus de mourir. De plus, certains patients sont porteurs de la bactérie sans être malade et peuvent infecter d'autres patients qui développeront la maladie à leur tour. Les médecins ne savent pas si placer ces patients en quarantaine préviendrait la transmission. Dans un autre registre, malgré le fait que le lavage des mains soit essentiel pour prévenir la transmission, cette méthode n'est pas parfaite pour éliminer cette bactérie. Finalement, les hôpitaux ont de la difficulté à connaître dans quelle mesure les soignants se lavent les mains.

Le principal objectif de ce programme est de faire la lumière sur l'ensemble de ces questions et ultimement diminuer la DACD. Premièrement, nous allons explorer les raisons qui expliquent la différence entre la performance des différents tests diagnostics, et nous allons développer un nouveau test qui pourrait identifier les patients à risque de mourir de la maladie. Nous allons aussi évaluer si l'isolement en quarantaine des porteurs asymptomatiques prévient l'apparition de nouveaux cas de DACD. Nous allons également développer une nouvelle méthode de lavage des mains plus efficace contre le C. difficile. Finalement, nous allons développer une nouvelle stratégie pour mesurer le respect de l'hygiène des mains des soignants.