Les impacts du temps-écrans sur les habiletés cognitives des enfants

 

Tania Tremblay

Université du Québec à Montréal (UQAM)

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Programme d'appui à la recherche pour les enseignants-chercheurs de collège

Concours 2016-2017

C'est un fait. Les enfants accèdent aux écrans de plus en plus jeunes et leurs temps d'exposition s'allonge de plus en plus. Or, regarder la télévision ou jouer à des jeux vidéo sont des activités sédentaires. Et qui dit activités sédentaires, dit risques plus élevés de surpoids ou d'obésité. On le sait. Ce qui est en revanche moins connu concerne les effets sur le développement cognitif des enfants. La surexposition aux écrans à l'âge préscolaire nuit-elle au développement de la mémoire et du langage? Et si le lien entre les écrans et le développement cognitif était plus complexe? Est-il possible qu'il dépende également des attitudes et comportements des parents face à l'enfant (p.ex. : interactions empreintes d'ouverture ou d'hostilité), et plus spécifiquement face aux livres?

Au terme du présent projet, ces différentes questions seront répondues ou seront du moins éclaircies. Les résultats pourront ainsi contribuer à guider les recommandations que formulent les instances canadiennes de santé publique quant à la quantité d'heures « idéales » qu'un jeune cerveau pourrait passer devant un écran, c'est-à-dire sans que le développement cognitif de l'enfant soit affecté. Ils fourniront en outre des informations pertinentes pour tous les éducateurs, professionnels de la santé et tous les parents qui se questionnent sur les saines habitudes à adopter face à l'utilisation des écrans.