Évaluation de la santé mentale et de l'adaptation sociale des enfants sans surveillance parentale

 

Monica Ruiz-Casares

CSSS de la Montagne

 

Domaine : Santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

Un grand nombre d'enfants au Canada et ailleurs dans le monde passent régulièrement du temps sans surveillance pendant que leurs parents travaillent. Les lois en vigueur au Canada ne précisent pas l'âge minimum pour rester seul à la maison, les familles devant decider si leurs enfants sont assez agés pour passer du temps seuls, prendre soin d'eux-mêmes ou de leurs frères et soeurs. Le temps sans surveillance a été lié aux blessures, aux comportements à risque et antisociaux, et à la détresse émotionnelle. Les enfants qui souffrent déjà de problèmes de santé mentale peuvent être particulièrement vulnérables. Se prendre en charge dans des conditions sécuritaires peut offrir des opportunités de développer une capacité d'agir et un sens de la responsabilité, en particulier pendant l'adolescence. Moins de temps de garde parentale, une plus grande maturité des enfants, la sécurité perçue du quartier, la santé mentale des parents, et la présence de frères et soeurs semblent mener à des situations où les enfants veillent sur eux-mêmes.

La diversité ethno-culturelle doit être examinée car elle peut influencer la santé mentale et l'adaptation sociale des enfants. L'objectif de cette étude est de documenter la prévalence, les déterminants et les conséquences de la santé mentale et de l'adaptation sociale des enfants d'âge scolaire qui passent du temps seuls à la maison à Montréal. Cette étude comprend : (1) une revue des lois et des politiques normatives au niveau fédéral-provincial-territorial en matière de surveillance des enfants, (2) une enquête populationnelle auprès des ménages à Montréal à l'aide de mesures standardisées de santé mentale et d'adaptation sociale, et (3) études de cas d'un groupe diversifié de familles. Les résultats de l'étude aideront les décideurs dans l'adoption de mesures visant à soutenir la capacité d'agir des enfants tout en réduisant les conséquences négatives de l'absence de supervision.