Les interactions sociales chez les personnes autistes

 

Baudouin Forgeot D'Arc

Centre de recherche Fernand-Séguin

 

Domaine :  Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

Les personnes autistes, qui présentent un spectre limité en matière d'interactions sociales, ont peine à fonctionner dans la vie de tous les jours. En vue de les aider, Baudouin Forgeot d'Arc a mis sur pied un programme de recherche visant à comprendre ce qui caractérise les interactions sociales chez elles.

Trois questions l'intéressent plus particulièrement : comment la perception et la compréhension influencent l'évaluation des visages chez ces personnes; comment la motivation peut les aider à tenir compte des pensées d'autrui; comment leurs préférences peuvent être influencées par celles des autres.

De façon générale, l'influence entre les individus se manifeste dans la culture et l'apprentissage, mais également dans la jalousie et le grégarisme. Or, les personnes autistes semblent moins sensibles à cette influence. En s'aidant de tests informatisés et d'imagerie cérébrale, le chercheur tentera d'abord d'identifier les bases psychologiques ainsi que les mécanismes cérébraux liés à ce trait humain et à ses variations dans l'autisme.

Concernant ensuite la perception des visages, le chercheur évoque d'entrée de jeu cette caractéristique observée par de nombreux spécialistes : les personnes autistes semblent juger différemment les personnes à partir de leur visage. Peut-être les perçoivent-elles autrement que ne le font les individus normaux; peut-être aussi interprètent-elles diversement des mots pouvant découler d'une expression du visage comme « gentil » ou « méchant ». Baudouin Forgeot d'Arc se propose de creuser davantage les éléments de perception et de compréhension qui mènent les sujets autistes à décoder autrement les marqueurs faciaux.

Finalement, il souhaite comparer des personnes autistes et non autistes dans un jeu de cache-cache virtuel où, par le truchement d'un programme informatique, il mettra en lumière leurs capacités de prévoir les choix d'autrui à partir de certaines situations. Des récompenses attribuées à chaque réussite l'amèneront à cerner si la motivation est déterminante dans ce type de raisonnement.

Le scientifique estime que les résultats de ses travaux pourraient aider à développer de meilleurs programmes éducatifs destinés aux personnes autistes.