La connectivité cérébrale comme outil pour évaluer et prédire les atteintes langagières dans les maladies neurodégénératives et les accidents vasculaires cérébraux

 

Simona Maria Brambati

Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 2

Concours 2017-2018

Une perte des fonctions langagières (aphasie) est un effet secondaire fréquent du dommage cérébral. On observe une aphasie chez les patients avec démence ou chez ceux qui ont subi un accident vasculaire cérébral. Bien que l'aphasie n'endommage pas l'intelligence d'un individu, elle a un impact sur comment un individu parle ou comprend. Afin de pouvoir saisir ce que représente le fait de vivre avec une aphasie, il faut s'imaginer vivre dans un pays étranger où on ne parle pas la langue.

Actuellement, nous en savons très peu sur les mécanismes cérébraux qui causent les troubles de langage chez les patients et, lorsque possible, leur récupération. Mon programme de recherche vise à comprendre le rôle des fibres de matière blanche qui connectent les différentes régions du cerveau dans l'apparition des déficits de langage et leur récupération. Pour se faire, nous utiliserons des techniques de neuroimagerie à la fine pointe et nous les appliquerons à des groupes de patients avec la maladie d'Alzheimer (ou autres démences avec des troubles de langage) ou qui ont subi un accident vasculaire cérébral.