Exploration de méthodes non invasives de diagnostic pour la maladie du foie et facteurs de risque associés : un programme de recherche translationnelle

 

Giada Sebastiani

Institut de recherche du centre universitaire de santé McGill

 

Domaine : Maladies infectieuses et immunitaires

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2013-2014

Les maladies du foie représentent un problème majeur de santé au Canada. Un diagnostic précoce est essentiel pour éviter la cirrhose et le cancer du foie. Les maladies du foie sont méconnues parce que l'une des seules façons de les diagnostiquer est la biopsie hépatique, qui peut provoquer des douleurs et des complications.

Une nouvelle technologie non invasive (Fibroscan) peut indiquer aux médecins combien le foie est endommagé sans douleur ni complications. L'un des facteurs de risque pour les maladies hépatiques est l'excès de fer dans le sang et le foie. Cette recherche étudie les dommages au foie en termes de diagnostic non-invasif et du rôle du fer en tant que facteur de risque dans des causes sous-étudiées de maladie du foie, y compris l'infection au VIH et a l'hépatite delta. La thérapie antirétrovirale active a réduit la mortalité causée par le SIDA; les maladies hépatiques sont maintenant un facteur majeur de mortalité chez les personnes VIH+ en raison de l'abus d'alcool, l'obésité et le diabète.

Toutefois, l'impact clinique et les facteurs de risques de maladies hépatiques dans cette population restent inconnus. Je vais utiliser le Fibroscan pour dépister les dommages du foie chez les personnes VIH+. Je vais également évaluer le fer comme facteur de risque pour les dommages hépatiques, un sujet inexploré dans la recherche sur le VIH. Je crois que le fer est aussi un facteur de risque important dans l'hépatite delta, la forme la plus sévère d'hépatite virale, menant à la cirrhose chez 80 % des personnes.

Enfin, cette recherche étudiera l'utilisation de méthodes non invasives de diagnostic de dommages hépatiques parmi des médecins canadiens. Ce projet comprend des collaborations entre spécialistes en hépatologie, VIH et métabolisme du fer, dans une recherche translationnelle qui étudie les facteurs de risque et le diagnostic des dommages hépatiques.