Évaluation des complications reliées à la dialyse

 

Jean-Philippe Lafrance

Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont

 

Domaine : santé des populations

Programme chercheurs-boursiers cliniciens - Junior 2

Concours 2015-2016

Pour survivre, les patients avec l'insuffisance rénale terminale (dernier stade de l'atteinte de la fonction des reins) nécessitent une thérapie de remplacement rénale, soit une transplantation d'un rein si possible ou des traitements de dialyse. Plus de 23000 Canadiens recevaient des traitements de dialyse suite à une insuffisance rénale terminale en 2010, traduisant une augmentation de 50% en 10 ans. Ceux-ci sont à risque accru de maladies cardiovasculaires, d'infections et autres complications expliquant une survie à 5 ans d'environ 40%, ce qui est significativement pire que pour les patients hospitalisés pour un infarctus du myocarde ou nouvellement diagnostiqués avec un cancer du colon. Cette morbidité amène une utilisation substantielle des ressources en santé.

Aux États-Unis, les patients en dialyse représentent 1.3% des bénéficiaires de Medicare, mais consomment 7.5% du budget, représentant 47.5 milliards de dollars. Notre programme de recherche vise l'étude de l'épidémiologie et des déterminants des complications chez les patients dialysés. Plus spécifiquement, nous 1) déterminerons les facteurs de risques d'hospitalisations reliées aux infections (HRI) et d'infections reliées aux accès vasculaires (IRAV) au niveau des centres de services, 2) déterminerons les barrières à l'utilisation des fistules artérioveineuses comme accès vasculaire en hémodialyse, et 3) évaluerons la sécurité de l'utilisation d'un nouvel anticoagulant (les héparines à bas poids moléculaire) en hémodialyse.

Ainsi, nous comparerons des patients de différentes unités de dialyse à travers le Québec en utilisant des banques de données administratives existantes. De plus, les patients concernés répondront à des questionnaires et certains seront interviewés. Puisque les infections d'accès vasculaires, les HRI et les complications de l'anticoagulation peuvent être potentiellement prévenues, l'identification de leurs déterminants peut permettre le développement de stratégies qui amélioreront la santé de nombreux patients en dialyse.