Étude des mécanismes épigénétiques responsables de l'identité cellulaire et des fonctions des microglies

 

David Gosselin

Université Laval

 

Domaine : neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Programme chercheurs-boursiers - Junior 1

Concours 2017-2018

Mon projet de recherche vise à caractériser comment l'expression des gènes est régulée chez les microglies, qui sont les cellules immunitaires du cerveau, par des mécanismes épigénétiques. En dépit de recherches intenses, notre compréhension des mécanismes impliqués dans les maladies neurodégénératives tels que l'Alzheimer et le Parkinson est encore de nos jours très rudimentaire, et cela complique grandement le développement de traitements efficaces pour soigner ces maladies.

Néanmoins, plusieurs études ont démontré qu'une réponse inflammatoire propagée par les microglies évolue en étroite association avec les maladies neurodégénératives. Or, comment les microglies promeuvent la réponse inflammatoire dans le cerveau demeure mal compris.

Les gènes exprimés par les microglies spécifient dans une très grande mesure les fonctions cellulaires de ces cellules. Par conséquence, connaitre quels gènes sont exprimés par les microglies dans un contexte donné permet de comprendre leurs fonctions cellulaires. De plus, étudier les mécanismes impliqués dans l'expression des gènes permet de comprendre comment les microglies en viennent à « décider » d'exécuter une fonctions cellulaires données.  

Mes études réalisées dans le contexte de mon post-doctorat ont établie les fondements de base de la régulation des gènes des microglies. Parmi ceux-ci, mes études ont démontré que des régions de l'ADN, dites régions « amplificatrices », sont actives spécifiquement dans les microglies et sont nécessaires pour assurer la régulation des gènes des microglies. De plus, des analyses bio-informatiques ont révélé que ces régions amplificatrices sont activées par des voies de signalisation bien précises, incluant les voies Irf and Tgf-beta.

Les mécanismes précis régulés par les voies Irf et Tgf-beta qui sont pertinents à l'expression des gènes chez les microglies demeurent inconnus. Le but de mon programme de recherche vise à étudier ces mécanismes pour ainsi mieux comprendre comment les microglies sont impliqués dans les maladies neurodégénératives.