Améliorer le devenir neurologique des enfants après un traumatisme crânien modéré ou sévère par un modèle intégré basé sur les biomarqueurs, la variabilité du rythme cardiaque et un système d'aide à la décision clinique

 

Laurence Ducharme-Crevier

Centre hospitalier universitaire Sainte Justine

 

Domaine : santé de la mère, des enfants et des adolescents

Programme Consortium pour le développement de la recherche en traumatologie / Volet 2

Concours 2019-2020

Le traumatisme crâniocérébral chez l'enfant est une des causes principales de problème de santé et de mortalité. Afin de limiter les agressions et optimiser le devenir neurologique, il est important de surveiller étroitement ces patients et de détecter précocement les lésions du cerveau pendant leur séjour aux soins intensifs. Cette étude vise à démontrer l'impact de la surveillance aux soins intensifs par un système intégré comprenant des biomarqueurs, la variabilité du rythme cardiaque et un outil d'aide à la décision clinique chez les enfants avec traumatisme crâniocérébral modéré et sévère. Nous croyons pouvoir améliorer l'évaluation de la gravité de la situation. Le but ultime est d'optimiser la prise en charge des patients et finalement d'améliorer leur devenir à long terme.

Les biomarqueurs sont des molécules qui sont relâchées dans les liquides organiques, comme le sang, par les patients ayant subi un traumatisme crâniocérébral. Nous étudierons un certain nombre de biomarqueurs afin de vérifier s'ils peuvent servir à préciser la gravité d'un traumatisme crâniocérébral et son pronostic. La variabilité du rythme cardiaque est contrôlée par le cerveau et réfère à la variation de l'intervalle de temps entre deux battements du cœur. Dans plusieurs maladies, une diminution de cette variabilité annonce une évolution moins bonne. L'outil d'aide à la décision clinique catégorise le patient en temps réel pendant son séjour aux soins intensifs, il aide le médecin à évaluer dans quel état le cerveau du patient se situe (un état contrôlé versus un état débalancé et dangereux).

Si nous confirmons le lien entre notre système intégré et le devenir à long terme des patients, ceci nous permettrait d'améliorer la surveillance de nos patients de façon non invasive. Cela pourrait informer les médecins sur les risques neurologiques en temps réel, ce qui permettrait d'intervenir plus rapidement et d'améliorer le devenir neurologique des enfants.