The Research Professionals Excellence Awards

The Research Professionals Excellence Competition is awarded by each Fonds, and aims to recognize the contribution of research professionals to research, knowledge mobilization, training for new generations of researchers or supporting groups of researchers in all areas covered by the three Fonds de recherche du Québec.

1st prize: Jean-Luc Simard, CRCHU de Québec – Université Laval

In his 27 years as a research professional at the Infectious Disease Research Centre (IDRC) at CHU de Québec-Université Laval, Jean-Luc Simard has built on his organization skills and initiative and shared his passion for science through many achievements, including the expansion of the centre's DNA sequencing and synthesis service and management of the quality system (over 400 mon procedures and protocols and 1 000 laboratory notebooks totalling over 200 000  pages of experimental results and intellectual property). His work to compare and analyze bacterial genomes led to a number of patents and inventions and the development of tests to diagnose bacterial infection, as well as public-private partnership initiatives valued at over $50M in research grants and contracts and the commercialization of results by organizations that invested over $800M and created over 400 jobs in Québec.

Jean-Luc has helped train over 125 employees and graduate students. He oversees the FRQS-funded Chercheur-e d'un jour program, which, in the past 20 years, has enabled over 4 000 high school students to join a research laboratory for a day and is a volunteer for Expo-sciences, Jeunes explorateurs d'un jour and Innovateurs à l'école.

2nd prize: Christine Jolicoeur, Montreal Clinical Research Institute - Université de Montréal

An experienced research professional, Christine Jolicoeur joined the Cellular Neurobiology research unit at the Montréal Clinical Research Institute (IRCM) in 2004. With 20 years' experience in academic laboratories, she has conducted research in prestigious institutions including University College London, UK and Stanford University, California. She also completed advanced training programs in leading stem cell research laboratories at the Institute for Stem Cell Research in Edinburgh and the stem cell research excellence laboratories at the UCL Institute of Ophthalmology in London. At the IRCM, she oversees laboratory logistics, the implementation of cutting-edge techniques, researcher student training and new project development, in addition to coordinating projects involving researchers from around the world.

Christine has helped train over 20 students and postdoctoral trainees and mentored high school students seeking to explore a career in research. She is also responsible for the practical component of a course module for master's students in cellular and molecular medicine at Université de Montréal taught at the IRCM.

Her work has supported the publication of over 20 scientific papers in prominent journals such as Nature, Science and Neuron.

3rd prize: Rina Guignard, CHU de Québec Research Centre - Université Laval

Rina Guignard earned a master's degree from INRS-Institut Armand-Frappier. In 1989, she joined the Centre de recherche en organogénèse expérimentale de l'Université Laval / LOEX, which specializes in regenerative medicine and tissue engineering. She has contributed to several laboratory projects involving skin, blood vessel and cornea regeneration and brought her scientific rigour, sense of observation and analytical skills to a number of scientific papers, including 25 as a co-author. In 1993, she coordinated the clinical production of tissue to treat burn victims, enhancing the work tools, transplanted tissue, reproducibility and performance. In 2010, her efforts to implement production in quality-controlled clean rooms was remarkable, as she was able to adapt manufacturing protocols, ensure product integrity and train staff members.

Rina has supervised several fellows and trained over 300 students on best laboratory practices and basic cell culture techniques. She is also working to advance two clinical studies on regenerated skin and autologous corneal epithelium culture. Her experience has led her to make a significant contribution to the experimental development of high-quality regenerated tissue and technology transfers to support patient care.

1er prix : Geneviève Robillard, Laboratoire de cyberpsychologie, Université du Québec en Outaouais

Dès l'obtention de son diplôme à la maîtrise en psychoéducation à l'Université du Québec en Outaouais en 2002, madame Robillard a débuté sa carrière de professionnelle de recherche au sein du Laboratoire de cyberpsychologie. Sa grande implications dans la planification et la réalisation des activités de recherche du Laboratoire a permis l'obtention de plus d'une cinquantaine de subventions de recherche (par exemple, Chaire de recherche du Canada, IRSC, CRSH, FRQSC, FCI, etc.), lui donnant l'opportunité de coordonner des projets tels que : 1) développer une infrastructure de recherche permettant d'étudier l'efficacité et le mécanisme d'action de la télépsychothérapie et de la réalité virtuelle; 2) mettre sur pied le seul regroupement pancanadien de chercheurs et de cliniciens qui étudient la cyberpsychologie; 3) créer et évaluer 19 environnements virtuels visant la prévention et le traitement des troubles mentaux; 4) assurer l'encadrement d'étudiants, d'assistantes de recherche et de professionnels; et (5) contribuer à la rédaction d'articles et de communications scientifiques, souvent comme auteure principale.

Sa contribution exceptionnelle aux quatre activités de recherche valorisées par le Fonds de recherche du Québec a permis au Laboratoire de cyberpsychologie d'être reconnu internationalement pour son infrastructure, la rigueur de ses travaux, la formation d'étudiants et ses collaborations internationales.

2e prix : François Tardif, Maison Michel-Sarrazin, Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU de Québec-Université Laval)

Titulaire d'une maîtrise en biologie cellulaire et moléculaire de l'Université Laval, M. Tardif a rejoint l'équipe de recherche de la Maison Michel-Sarrazin localisée au Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU de Québec-Université Laval) en 2003. Au cours des années, M. Tardif a participé à de nombreux projets de recherche cliniques, évaluatifs et pharmaceutiques dans le domaine de l'oncologie psychosociale, de la maladie mentale et des soins palliatifs. En 2009, M. Tardif est devenu le coordonnateur d'une équipe de 22 chercheurs de la région de Québec intitulée l'Équipe de Recherche Michel-Sarrazin en Oncologie psychosociale et Soins palliatifs (ERMOS).

Il est présentement candidat à la maitrise en administration publique à l'École nationale d'administration publique (ENAP), dans la concentration : gestion des  services de santé et des services sociaux.

Grâce à ses expériences de travail, il a contribué de façon significative à la mise en place d'un réseau thématique québécois de recherche en soins palliatifs et de fin de vie (RQPSFV) qui fut financé en mai 2017 par le FRQS. Au fil des années, il a effectué près de 70 conférences, participé à la rédaction de plus de 35 demandes de financement et d'une quarantaine d'articles scientifiques, rapports divers et chapitres de livre.

3e prix : René Maltais, Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHU de Québec-Université Laval)

En tant que chimiste médicinal, le Dr Maltais travaille depuis plus de quinze ans au développement de molécules bioactives innovantes ciblant d'importantes maladies comme le cancer, l'Alzheimer et l'endométriose. Une de ces molécules prometteuses, un inhibiteur de la 17β-HSD1 nommé PBRM, cible le cancer du sein et l'endométriose et est à un stade de développement préclinique très avancé s'approchant des essais cliniques, une réalisation remarquable issue d'efforts de recherche entièrement québécois.

Le Dr Maltais est auteur et co-auteur de 50 articles dans des journaux scientifiques de renommée internationale, de 110 communications lors de congrès locaux, nationaux et internationaux, étant désigné à titre d'inventeur dans 5 demandes de brevets. Il est également activement impliqué dans la formation d'étudiants au laboratoire et participe à deux cours gradués et un sous-gradué, à l'Université Laval.

De plus, il est le co-fondateur avec le Pr Poirier du Service de synthèse organique, une composante majeure de la plateforme de chimie médicinale du CHU de Québec. En tant que responsable de ce service, il a supervisé la réalisation de plus de 50 projets liés à la synthèse de molécules d'intérêts pour des chercheurs de la communauté scientifique québécoise et d'ailleurs.

Dominique Petit, agente de recherche au Centre d'études avancées en médecine du sommeil du Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Dominique Petit a obtenu son doctorat en sciences neurologiques sous la supervision du Dr Jacques Montplaisir en 1993. Au cours de ses 23 ans d'expérience à titre d'agente de recherche au Centre d'études avancées en médecine du sommeil (CEAMS) du Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, elle a su se démarquer et est devenue une personne-ressource incontournable pour l'ensemble des chercheurs et des stagiaires de recherche du CEAMS.

Dominique Petit a participé à la rédaction de nombreuses demandes de subventions, d'articles scientifiques et de chapitres de livres, dont plusieurs à titre de première auteure. Elle a contribué de façon étroite à la formation d'une vingtaine d'étudiants à la maîtrise et au doctorat.

Parallèlement à son implication dans chacun des programmes de recherche du CEAMS, elle est responsable depuis 2000 du volet sommeil pour l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec, et elle a développé un axe de recherche sur l'étude des marqueurs précoces de la maladie d'Alzheimer au cours du sommeil.  

Grâce à ses qualités personnelles et à ses connaissances approfondies dans de nombreux domaines, elle s'est vu confier des tâches majeures dans le développement du CEAMS, dont la mise en marche d'un laboratoire d'imagerie cérébrale par émission monophotonique pour des études liées au sommeil, ainsi que du contexte scientifique et réglementaire d'une biobanque pour la réalisation d'études multicentriques sur la génétique du sommeil. Elle est également une personne-ressource en éthique de la recherche pour le CEAMS et a joué un rôle clé dans la mise sur pied d'une équipe permettant la réalisation de contrats de recherche clinique. Elle est maintenant coordonnatrice du réseau canadien sur le sommeil et les rythmes biologiques.  

Enfin, Dominique Petit a contribué au transfert et à la valorisation des connaissances sur le sommeil par le biais d'articles et de conférences, notamment auprès du grand public.