Florence Allain en vedette dans CURIUM



Consultez le publireportage de la revue CURIUM (édition décembre 2016),
magazine « science et société » québécois destiné aux adolescents.

Beaucoup de personnes prennent de la drogue, mais peu deviennent accros. Pourquoi ?

Que se passe-t-il dans le cerveau des toxicomanes ?

Si on savait, on pourrait utiliser ces informations pour développer des traitements.

Ne reste plus qu'à attraper des rats ;)

Pourquoi devient-on dépendant (ou pas) à une drogue ?

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Le patrimoine génétique, la nature de la drogue, l'environnement dans lequel on vit (une personne exposée à la drogue dans son cercle d'amis, par exemple), mais aussi la façon dont cette drogue est absorbée.

C'est-à-dire la quantité consommée, la fréquence et la vitesse d'absorption par le cerveau : les variables pharmacocinétiques. C'est ce que j'étudie.

Concrètement, comment mesurez-vous l'effet des drogues sur le cerveau ?

J'utilise des rats. Des cathéters sont implantés dans la veine jugulaire de l'animal.

Les rats sont ensuite placés dans des cages, munies de leviers qui délivrent de la drogue (cocaïne).

Ils ont le choix d'appuyer ou non. C'est donc une prise de drogue « volontaire ».

L'injection de drogue se fait directement dans le sang par intraveineuse. Un groupe de rats reçoit « sa dose » en cinq secondes, l'autre en 90 secondes.

On évalue ensuite les symptômes de toxicomanie, en augmentant graduellement le nombre d'appuis nécessaire pour obtenir de la drogue. L'animal qui développe une motivation excessive (toxicomane) persistera jusqu'à obtenir la cocaïne.

Vos observations ?

Plus la drogue chemine rapidement au cerveau, plus les rats s'obstinent à appuyer sur le levier (donc, plus le risque de dépendance est élevé).

Dans le cas de la cocaïne (pour l'humain), la dépendance est plus rapide si la drogue est fumée ou injectée. Si elle est prise de façon orale ou nasale, les risques de toxicomanie sont moindres, mais ils sont toujours là évidemment.

On peut jouer sur cette composante pour développer des traitements.  

Les fumeurs créent une très forte dépendance à la nicotine. Inhalée, donc, c'est une drogue particulièrement addictive. Et pourtant, on utilise cette même nicotine pour les traiter lorsqu'ils souhaitent arrêter. Mais on leur administre par une voie moins rapide : les timbres thérapeutiques (les patchs).

Mieux on comprend les changements cérébraux associés à la consommation de drogue, plus grandes sont nos chances de trouver un traitement pour guérir les gens qui développent ce genre de dépendance.

♦♦♦

Consultez le résumé de sa publication primée.

Consultez les autres publireportages de CURIUM :

Hanno Erythropel
explique les plastifiants
(novembre 2016)
Hichem Guerboukha
explique les térahertz
(octobre 2016)
Marie-Eve Gonthier
explique le clavardage
(septembre 2016)